Fonds détournés

Votre panier

Votre panier est vide

Paiement sans risque et sécurisé avec

paiement

Achetez ces livres sur Amazon

Prix éditeur: CDN$ 24.95
Prix: CDN$ 22.57 & se qualifie pour Livraison super-économique GRATUITE pour des commandes de plus de CDN$ 39
Vous économisez :

CDN$ 2.38 (10%)

*****************************************

Autres publications

Le Tricheur: Robert Bourassa
par Jean-François Lisée

Partagez avec vos amis

Move
Affichez 0 | 5 | 10 | 15 Nouvelles

Analyse politique

Sujets
Nouvelles en Primeur

Une poudrière

Une poudrière

Une poudrière Les gens qui n'exercent pas leur droit de vote, en plus... Lire la suite...

Solution à la crise des réfugiés

Solution à la crise des réfugiés

Solution à la crise des réfugiés Nous savons tous... Lire la suite...

Appel à tous les peuples de la terre

Appel à tous les peuples de la terre La liberté surtout... Lire la suite...

La Nation Québécoise se doit de voter Bloc Québécois

La Nation Québécoise se doit de voter Bloc Québécois... Lire la suite...

Important à tous pays qui font parti de l'association des Nations Unies

  Un des membres des Nations Unies veut faire pour la deuxième fois... Lire la suite...

L'impact financier des loyalistes de deuxième vague

Un peu d’histoire pour mieux comprendre la situation
Le 4 juillet 1776, les états de la Nouvelle-Angleterre proclament leur indépendance par un vote dans leur assemblée.

En 1778, la France, aux grands dents de l'Angleterre, reconnaissait l'indépendance des états de la Nouvelle-Angleterre.

En 1782, c'était au tour des Pays-Bas de reconnaître leur indépendance.

En 1785, les états de Nouvelle-Angleterre adoptèrent une loi qui faisait en sorte que toute personne qui a joint les rangs de l'armée britannique sera sévèrement punie incluant ses proches.

En 1785, après l'adoption de cette loi, des citoyens loyaux à la Couronne britannique de la Nouvelle-Angleterre, s'enfuirent de celle-ci pour s'établir dans les Cantons de l'Est au Québec, et d'autres prirent le chemin de l'Ouest de la rivière Mississipi.

Au début de l'année 1791, la Couronne britannique se plaignait haut et fort, qu'elle avait une colonie appelée Canada, et ses loyaux sujets ne venaient pas la coloniser. Les fidèles à la Couronne britannique qui avaient fui à l'ouest de la rivière Mississipi, se sentaient visés par ces dires. C'est alors que ces mêmes loyalistes lançaient un message haut et fort à la Couronne britannique. Si vous voulez que nous la colonisions, faites donc une place pour nous.

Le 10 juin 1791, la Couronne britannique adopta l'acte de loi numéro 207, qui séparait le Canada en deux. Ceci pour faire une place pour ses loyalistes; ceci est écrite dans les archives à Québec.

Le Haut Canada (Ontario), et la capitale sera Nerwark; et le Bas Canada (Québec), la capitale sera la ville de Québec.
C'était le début de la saga du Haut Canada (Ontario) qui rendait ce dernier dans un bourbier financier.  Il faut réaliser que le Haut Canada (Ontario) était obligé de desservier ses nouveaux colons qui entraient par la porte de Winsor (sud de l'Ontario), des routes, bureaux de poste, postes de police, écoles, etc., tous les services qu'une population a le droit de s'attendre pour bien fonctionner, ministères, représentants, etc.  Mais le tout coûtait très cher, même trop cher pour ses moyens.  Le Haut Canada qui avait épuisé sa ligne de crédit, était si mal en point financièrement que les intérêts de sa dette étaient supérieurs à son produit intérieur brut, tellement qu'au début des années 1800 ses finances étaient insupportables et une solution s'imposa.  Une rumeur circulait dans le Bas Canada (Québec) que la dette du Haut Canada sera payée par les gens du Bas Canada (Québec).  Vous comprendrez que cela ne fit pas l'affaire de la députation de l'opposition du Bas Canada (les Patriotes et leur chef Louis-Joseph Papinneau).  Vous comprendrez aussi pourquoi il y avait des avocats, notaires, docteurs et même des anglophones parmi les Patriotes qui ont participé à la rébellion de 1837.
À St-Armand Ouest dans le comté de Brome-Missisquoi au Bas Canada, un anglophone était le commendant en chef du régiment des Patriotes qui s'opposaient aux loyalistes dans la bataille de 1837.
Les loyalistes fidèles à l'Angleterre mâtèrent la rébellion et firent prisonniers plusieurs personnes du camp des Patriotes.  Il y a des pendus, des déportés, et enfin des amnistiés.
La suggestion de faire payer la dette du Haut Canada par les gens du Bas Canada, qui était au début une rumeur, était perçue comme une solution sérieuse et envisageable par les anglophones loyalistes du Haut Canada fidèles à l'Angleterre, si bien que cette solution était suggérée dans le rapport de John Russel, déposé au parlement de Londres en Angleterre.  La suggestion fut retenue et approuvée.
Je ne serais pas en mesure de décrire la structure et les débats entourant cette suggestion, mai la loi de faire un Canada uni et ses structures prirent forme de loi et pris effet au début de 1841.  La dette du Haut Canada fut divisée au prorata de la population des deux Canada et soustraite du surplus qu'avait le peuple du Bas Canada.  Le reste du reste fut divisé entre les gens du Haut et du Bas Canada.
M. Barnett, dans les années 1850, qui craignait une autre révolution, lisait aux québécois que l'Ontario (Haut Canada) leur devrait $6115085.95, à défaut de paiement le tout portera 5% d'intérêts l'an et il l'enchassa dans l'act de l'union à l'article 112, et repris en 1867 lors de la formation du dominium et inséré dans le BNA act à l'article 142.  La division du surplus du Bas Canada qui avait été séparée avec la population du Haut Canada, était reprise et séparée en incluant la population du Nouveau Brunswick et quelques années plus tard, en 1871, reprise pour inclure dans la division du surplus du Bas Canada la population de la Colombie Britannique.
Il faut tenir compte que tout dû qui est impayé, double à tous les 7.5 ans.  Le dû du Canada envers le Québec qui s'élevait à $315233850310.51 en 1995, totaliserait aujourd'hui plus de $ 1 trillion.
Résultat:  Une pétition a été déposée sur le blogue ainsi que le document prouvant le dû et la provenance du document.

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour émettre un commentaire